Cyberconnexion en période de confinement

Cyberconnexion en période de confinement

 

Notre vie quotidienne est marquée depuis quelques décennies par une cyberconnexion présente dans de multiples sphères : professionnelle, scolaire, sociale, privée, culturelle. Jusqu’alors, ces recours différenciés aux espaces numériques étaient délimités par les barrières sociales naturelles que nous avons mises en place. Pratiquement, nous utilisons l’ordinateur au travail pour travailler, à l’école pour apprendre et à la maison pour se divertir. 

Cependant, la situation actuelle de confinement, mise en place dans le cadre de la lutte contre la propagation du virus Covid 19, met à rude épreuve ce système de la différenciation de l’utilisation des médias selon l’endroit où l’on se trouve, puisque désormais toutes nos activités se déroulent au sein d’un seul endroit, notre domicile.

Dans ces circonstances, il existe un risque de recours indifférencié et illimité aux différents dispositifs numériques comme la télévision ou internet, ce qui peut nous procurer un sentiment de confusion spatio-temporelle, et éveiller les angoisses qui y sont rattachées.

Et ce d’autant que ces espaces numériques deviennent souvent, dans le contexte actuel, l’unique lien que nous gardons avec l’extérieur. Ils endossent, en quelque sorte, le rôle du garant de notre survie sociale, économique ou même physiologique.  Ce redoublement de la force avec laquelle le numérique s’ancre dans le quotidien nous demande à repenser son utilisation.

Règles d’utilisation

Nous nous posons la question de savoir comment mettre en place un cadre rassurant de l’emploi du numérique, tout en ayant à l’esprit que cette mise en place n’est pas toujours facile, puisqu’elle se confronte bien souvent aux paradoxes de la vie quotidienne. Par exemple, nous savons qu’il est préférable de ne pas exposer les enfants de moins de trois ans aux écrans. Or, ces derniers sont omniprésents dans nos demeures.

Il convient dans cette situation d’adopter quelques règles de bon sens.

Etablir des règles précises de l’utilisation des écrans pour toute la famille

Permet d’éviter, surtout si nous les établissons ensemble, les états de tension et d’explosion chez les adolescents ou les enfants. Il est important de s’y tenir même si cela n’est pas toujours facile.

Afin de les faire perdurer, il est préférable de récompenser les efforts déployés pour adopter ces règles plutôt que de punir pour leur non-respect. Evitions également les concepts flous, comme par exemple « tu joues trop », qui ne nous permettent pas d’établir des repères constructifs.

Quant au temps consacré à l’utilisation des espaces numériques, il peut être défini en fonction des activités habituelles, comme par exemple le rythme scolaire, les moments de repas familiaux que nous conservons même en temps de confinement. 

Différencier les utilisations des écrans

Nous pouvons le faire selon deux critères :

- la qualité d’investissement : notre cerveau ne réagit pas de la même façon en fonction de la manière d’utiliser l’écran. Passer quelques heures à regarder nos séries préférées peut contribuer au sentiment de détente dont nous avons tous besoin. Cependant, il faut être conscient que cette démarche nous met dans une position passive devant les événements qui se déroulent sous nos yeux. Tentons alors de varier nos activités numériques en y entremêlant des actes créatifs comme la recherche d’une information précise sur internet, l’enregistrement d’une vidéo sur un sujet qui nous est cher, ou la une construction d’un édifice dans un jeu vidéo.

- le but de l’utilisation : scolaire, professionnel, divertissement, création, maintien des liens. Cette distinction est plus facile à opérer si nous disposons de plusieurs supports numériques. Ainsi, nous travaillons sur l’ordinateur fixe, nous jouons aux jeux vidéo sur une console de jeux et nous regardons les films à la télévision. Si cela n’est pas possible, la distinction peut se faire par référence aux espaces utilisés. Si nous utilisons notre PC pour travailler, mettons-nous dans un coin bureau. En revanche, s’il s’agit de nous divertir, nous pouvons nous déplacer dans un espace de détente aménagé dans notre appartement.

Smartphone

De nos jours, le challenge serait de savoir s’en séparer de temps en temps. Il est important d’appliquer cette règle aux autres mais également à soi-même. Pour que cela soit plus facile, essayons de préciser les moments de la journée où nous pouvons nous en passer. Comme par exemple les repas, l’heure du coucher, le temps du travail scolaire pour les adolescents ou les enfants (ce qui permet améliorer la concentration), les promenades.

Evitons également la surexposition aux informations qui nous sont délivrées en continu par les différentes applications de nos mobiles. N’hésitons pas à les désactiver et à nous informer ponctuellement (une fois par jour) auprès des médias sérieux afin d’éviter l’exposition angoissante aux fake news.

Alternance des activités

Il peut nous arriver d’utiliser les écrans de manières « passionnelle » et démesurée. Et cela parque que nous en avons besoin pour mener à bout un projet professionnelle passionnant ou encore pour terminer une entreprise débutée dans un jeu vidéo. Cette démarche est tout à fait acceptable puisqu’elle ressort d’un élan créatif. Cependant il est important que parallèlement nous arriverons à investir d’autres domaines de nos vies (les pratiques sportives, artistiques, les amitiés, les passes temps).

Pour les plus jeunes

Adaptation à l’âge

Lors du confinement il faut être particulièrement vigilant à la différenciation d’emploi des écrans numériques selon l’âge de l’utilisateur. Si par exemple dans la pièce à vivre notre adolescent s’adonne aux jeux vidéo, inadaptés au jeune âge, il faut veilleur à ne pas y exposer les enfants en bas âge qui peuvent se trouver dans le même endroit.

Accompagnement 

Parlez des images que l’enfant voie sur l’écran, car même si elles sont anodines pour adulte, elles peuvent activer les émotions fortes (mais pas toujours visibles) chez l’enfant. Alors n’hésitons pas à commenter les images et surtout à faire raconter aux enfants ce qu’ils voient sur l’écran. N’oublions pas, en racontant ce qu’ils voient ils apprennent à se raconter eux même.

Autonomie 

N’hésitions pas à responsabiliser nos enfants quant à l’utilisation des écrans, les préparer de plus jeune âge au respect des règles établies, de façons à ce qu’ils les intègrent suffisamment, pour qu’un jour ils puissent les utiliser de manière tout à fait autonome et responsable. 

 

 

 

Contact

15 bis, rue Dantan
92210 Saint Cloud
France

3ème étage avec ascenseur

L'accès piétons possible par rue Dailly, 
l'escalier face au magasin Lidl

Tél : +33 6 10 48 97 21

aleksandrapitteri@gmail.com

Doctolib  facebook

Transport

Gare de Saint Cloud – train : U, N, L

Tramway : Parc de Saint Cloud (T2)

Bus : 52,72,126,175

Métro : Boulogne Pont de Saint-Cloud

Accès